[Retour à l'accueil]



L’ère musulmane commence en l’an 622 après J.C., au lendemain de l’émigration du prophète Mohammed de la Mecque vers Médine, fuyant ainsi la persécution des païens. L’Hégire, en arabe vient du mot « hijrah » qui signifie émigration, a donné son nom au calendrier musulman (calendrier Hégirien).

Un mois musulman correspond à un cycle lunaire de 29 ou 30 jours et commence au premier croissant de lune devenu le symbole de l’islam. Les noms des douze mois qui composent le calendrier sont les suivants :

1) Moharrem 30 jours 2) Safar 29 jours 3) Rabi al Awal 30 j. 4) Rabi el Tani 29 jours
5) Gamad el Awal 30 j. 6) Gamad el Tani 29 j. 7) Ragab 30 j. 8) Shaaban 29 jours
9) Ramadan 30 jours 10) Shawal 29 jours 11) Zoul Kaida 30 j. 12) Zoul Hega 29 jours

L’année musulmane dure 354 jours pour une année normale et 355 jours pour une année bissextile qui n’arrive que tous les 30 ans, c’est pour cette raison que l’année musulmane prend une avance de 10 ou 11 jours sur l’année solaire, et que les dates des fêtes religieuses musulmanes sont mobiles d’une année à l’autre par rapport au calendrier chrétien.

Les trois principales fêtes religieuses musulmanes sont :
  • « Eid el Fitr » qui marque la fin de Ramadan et du jeûne, elle dure trois jours, c’est une fête plutôt familiale, les familles se réunissent, mangent des gâteaux et achètent des vêtements neufs à leurs enfants.

  • « Eid el Kebir » qui veut dire la grande fête, commence le 10 Zoul Hega, c’est celle qui commémore le sacrifice d’Abraham, c’est aussi la fête du pèlerinage. Les familles aisées sacrifient un mouton et le distribuent aux pauvres.

  • « Mouled el Nabi » , qui signifie la naissance du prophète ( présumé à 570 après J.C.), est célébrée le 12 Rabi al Awal de chaque année, c’est une grande fête populaire qui anime de gaieté, de lumières et de chants tout un quartier jusqu’à l’aube, comme le quartier de la mosquée d’EL Hussein qui abrite le tombeau du petit fils du prophète au Caire.


Durant cette soirée, j’ai vu une pratique populaire de l’islam dont j’ignorais l’existence auparavant, un islam mystique, poétique et musical qui m’a énormément émue. J’ai découvert comment les confréries soufies célèbrent la naissance du prophète.

La fête commence dans la journée par une procession de la mosquée EL Rifaï jusqu’à la mosquée EL Hussein en passant par la citadelle. Des centaines de guirlandes et de néons illuminent le quartier d’EL Hussein, des tentes aux couleurs chatoyantes ornées de dessins de style art islamique sont dressées dans les rues. Les commerçants du quartier vendent des poupées et des chevaux en sucre d’orge habillés et fleuries avec du papier crépon, que les familles achètent pour offrir à leurs enfants, la poupée pour les petites filles et les chevaux pour les petits garçons. Les adultes aussi peuvent se régaler en mangeant des confiseries conditionnées dans des boîtes d’un kilo ou de 500g remplies de loukoums, de croquants aux sésames ou aux cacahuètes, qu’on appelle « Halawet El Mouled », qui signifie les douceurs du Mouled.






Après la prière du soir, les soufis s’installent sous les tentes et commencent leurs rituels.
Au rythme des tambourins, ils chantent leur amour pour Dieu, appellent sa présence et demandent sa bénédiction. Ils fredonnent les louanges du prophète, les yeux fermés pour mieux se concentrer, ils balancent leur corps d’un côté et d’un autre d’un geste répétitif qui s’accélère de plus en plus cherchant la transcendance de soi et l’extase, afin de s’imprégner du divin et fusionner avec Dieu. C’est le « Zikr » qui désigne l’invocation, le fait de mentionner et de se souvenir de Dieu en prononçant son nom plusieurs fois.

N’osant pas les déranger dans leur quête en utilisant le flash de mon appareil, j’ai demandé à mon cousin d’utiliser le camescope et à ma très grande surprise ils l’ont laissé les filmer en toute sérénité.

Je vous ai choisi un petit extrait, les photos qui figurent sur l’article sont aussi tirées de cette vidéo.

Cliquez sur la photo ci-contre pour visionner la vidéo.

Environ 10% de la population égyptienne musulmane pratique le soufisme, c’est un courant qui n’est pas réservé uniquement à l’Egypte mais répandu dans beaucoup d’autres pays musulmans.

Le soufisme vient du mot arabe «Tassawwuf» qui signifie mysticisme, est une pratique religieuse mais aussi un style de vie. Les soufis ne cherchent aucun pouvoir, ne s’intéressent pas à la politique, le confort matériel ne les attire pas, ils prêchent la pauvreté et la simplicité originelle, leur intérêt majeur est d’accéder à la connaissance religieuse et à la purification du cœur « lieu de la connaissance divine » et organe suprême de l’amour. Ils respectent les cinq piliers de l’islam et en plus ils pratiquent la contemplation et la méditation sous la direction d’un maître spirituel qui les initie.



Vidéo réalisée par N. FAWZY
article et photos réalisés par S.ISMAIL